Les ralentisseurs de vitesse de A à Z

Les différents types de ralentisseurs

Le ralentisseur, de manière générale, désigne une surélévation de la chaussée visant à inciter les véhicules à réduire leur vitesse. Il en existe de plusieurs sortes, incluant l’ornière, le dos d’âne, le coussin berlinois, etc. Mais le Code de la route ne donne pas une clarification claire de ces concepts. Cela entretient donc une certaine confusion entre la réglementation et le langage courant. Le modérateur de vitesse classique est le dos-d’âne. On l’appelle aussi modérateur de trafic ou de chaussée. Le modérateur routier de style trapézoïdal est le dérivé géométrique du dos-d’âne historique. Il est fait d’un plateau surélevé, de 2 parties en pente et d’un passage piéton. Le plateau modérateur, les créneaux ou encore les chicanes sont également utilisées pour ralentir les voitures en circulation.

En savoir plus sur les ralentisseurs de vitesse

ralentisseur pliable coussin ralentisseur

Ralentisseurs : normes, réglementation et caractéristiques

En somme les mobiliers urbains que sont les ralentisseurs, sont d’une importance capitale dans la régulation de la circulation, aujourd’hui. Ils existent en différentes variétés et sont différemment implantés dans les agglomérations. Malgré l’efficacité qui leur est reconnu, leur utilisation de manière désordonnée peut causer de la gêne auprès des usagers de la route, mais aussi s’avérer dangereux. D’où l’importance des codes, règles et normes qui entourent leur utilisation et les caractéristiques inhérents à chaque variété. Ces règles qui sont, pour certaines impératives et pour d’autres, ont simplement valeur de recommandation, constituent l’arsenal réglementaire qui rend ces équipement inoffensifs et bénéfiques. De plus leur non-respect peut être sanctionné (aussi bien devant la juridiction répressive que devant la juridiction administrative. Bref, hormis certaines exceptions (ralentisseurs voie privée), toutes les variétés de ralentisseur sont strictement encadrées, et ce pour la sécurité de tous sur la route.

Pour aller plus loin : quelle réglementation pour les ralentisseurs ?

Ralentisseurs, vitesses et franchissement en sécurité

Les ralentisseurs sont des éléments de voirie permettant une limitation de vitesse des véhicules sur une voie. Si les dos d’âne signalisés sont retrouvés sur les grands axes, il existe aussi des dispositifs de ralentissement en voie privée, pour un passage à 20, 10 ou même 5km/h. Ils sont facilement reconnaissables à leurs couleurs, le jaune et le noir. Leur seule vue interpelle le conducteur et l’incite à réduire son allure. Ils sont adaptés à une utilisation en lieu d’habitation, dans un parking ou encore dans des zones plus sensibles et au trafic particulier. Pour une sécurisation optimale, une signalisation par le biais d’un panneau ou d’une bande au sol peut être envisagée. Le conducteur se voit forcé de ralentir l’allure de son véhicule pour pouvoir les franchir en toute sécurité et leur efficacité est accrue quand ils sont installés en groupe.

Les différentes localisations des ralentisseurs, voie privée, hors agglomération et routes départementales

Les ralentisseurs sont des surélévations de la chaussée qui sont destinées à obliger les conducteurs à réduire leur vitesse. Ils sont en général installés dans les zones limitées à 30 km/h. Ils permettent de réguler le trafic sur la voie publique et de protéger les piétons et autres motocyclistes contre les accidents de la route résultant des excès de vitesse.

ralentisseur modulable haute visibilite

L’idée au départ étant de faire une extension de la chaussée, les traditionnels dos d’ânes ont vu le jour et ont été suivis par les types trapézoïdaux. Tous deux sont utilisés sur les routes départementales et hors des agglomérations où la circulation est plus dense. Ils étaient mis en place de manière à couvrir toute la largeur de la chaussée, mais ont très vite montré leurs limites. Ces limites ont encouragé l’adoption d’autres types de surélévation plus pratiques, faciles à installer et faites avec des matériaux plus sensibles (plastique et caoutchouc) tels que les coussins et les plateaux. Mais très vite, ces matériaux ont été également adoptés pour servir à la fabrication de surélévations pour les voies privées. Toutefois, puisqu’ils ne sont pas durables, il semblait plus logique de les adapter pour des voies qui accueillaient moins de trafic, mais qui avaient tout de même besoin d’un dispositif de réduction de vitesse. Dès lors, dans les parkings, centres commerciaux ou hôpitaux, des versions modulables ou monoblocs en caoutchouc ont fait leur apparition. Et IDequip est connu pour être l’un des distributeurs de ralentisseurs urbains sur le marché français.

Ralentisseurs : prix, demande et adaptabilité

Généralement et officiellement, le terme ralentisseurs s’emploie dans le but de définir les différentes sortes de dénivellations de la chaussée permettant de contraindre tout engin à moteur au ralentissement.

Les systèmes de ralentissement sont le plus souvent employés à des endroits où la circulation peut poser des problèmes. Ainsi, en réduisant la vitesse des voitures et motos, ils servent à contrôler aisément le trafic. Les zones visées par ces dispositifs sont les voies privées, les parkings, les environs des établissements scolaires, les agglomérations, etc. Exception faite des cas où une autoroute est en travaux, vous n’y croiserez aucun ralentisseur autre que les bandes sonores aux abords des postes de péage. Compte tenu de leur grande importance, les règlementations et les processus liés à leur pose doivent être connus afin d’en bénéficier pleinement en rendant le trafic plus fluide et en protégeant les usagers.

Il revient à la commune de :

  • S’assurer que le dispositif à installer est bien homologué,
  • S’assurer qu’il est conforme aux normes en ce qui concerne l’option faite pour son installation, surtout durant la phase de pose.

Au cas où un accident serait lié à un ralentisseur non réglementaire en vertu des normes applicables, le maire peut effectivement être tenu pour responsable.

Comment poser un ralentisseur de vitesse ?

Ralentisseurs, respect et non-respect de la loi, normes et nuisances

Tous les types de ralentisseurs offrent des avantages en termes de réduction de vitesse. Les différences se situent au niveau des coûts, des matériaux de conception et des dimensions. Ils doivent être posés en respectant la loi et des recommandations techniques spécifiques. Il est notamment important de se référer au décret n° 94-447 du 27 mai 1994. Le respect des législations en vigueur est incontournable pour assurer la sécurité de tous et pour limiter les désagréments causés sur les usagers de la chaussée. À noter que les casseurs de vitesse peuvent être utilisés en complément d’autres dispositifs, comme l’îlot refuge, le rétrécissement de voie, l’avancée de trottoir, etc. Il est obligatoire de les utiliser avec une signalisation permettant d’informer tous les usagers de la route (automobilistes, cyclistes, motards, etc.) de leur existence.

Malheureusement, de nombreux cas de non-respect de la loi sur l’usage de ralentisseurs sont encore rencontrés dans différentes communes et dans plusieurs pays. Les cas les plus fréquents d’infractions concernent les dimensions de l’installation, l’absence de panneau de signalisation, le non-respect des règles sur l’adhérence, etc. Il faut rappeler que pour éviter les glissements, un coefficient de frottement (SRT) supérieur à 0,45 est exigé. La vérification de cet indicateur de niveau d’adhérence s’effectue par l’intermédiaire d’un pendule de frottement.

Ralentisseurs : formes, matériaux, types, accessoires

Un ralentisseur routier est un mécanisme de sécurité routière. Il est destiné faire respecter la limitation de vitesse sur certaines voies. Il se présente sous forme de surélévation, de plateau, coussin, trapézoïdal ou dos d’âne. Quelle que soit leurs formes, les ralentisseurs routiers remplissent une seule fonction : obliger le conducteur à ralentir son véhicule et réduire les excès de vitesse, principales causes des accidents mortels. Il existe plusieurs types de ralentisseurs routiers : les ralentisseurs de type dos d’ânes, encore appelés gendarme couché, sont des surélévations d’environ 10 cm de hauteur et ayant une longueur d’environ 4 m. Ils servent à ralentir la vitesse sur les voies à grande circulation.

ralentisseur modulable polypropylene ralentisseur modulable polypropylene

Les ralentisseurs de type plateau sont des surélévations qui occupent la chaussée d’un bout à l’autre. Ils sont indiqués pour réguler la circulation en zone urbaine. Les ralentisseurs de type coussin sont généralement désignés sous le terme coussin berlinois. Ce sont des dispositifs surélevés, fabriqués en caoutchouc. On les utilise pour ralentir la circulation. D’une hauteur comprise entre 5 et 7 cm, le coussin berlinois est surtout recommandé pour réguler la circulation en zone 30 ou à l’intérieur d’une agglomération. Les chicanes, l’écluse et le créneau sont aussi d’autres types de ralentisseurs utilisés en agglomération, notamment aux abords des écoles. Leur réalisation implique la création des avancées de trottoirs, pour obliger le conducteur à réduire sa vitesse, ce qui permet de renforcer la sécurité des usagers de la route. Les ralentisseurs routiers sont des ouvrages qui peuvent être réalisés à l’aide de plusieurs matériaux. Il existe des ralentisseurs faits en béton ou d’enrobés. C’est le cas des ralentisseurs de type dos d’âne. D’autres ralentisseurs sont faits en plastique. Il en va ainsi des coussins. De plus, les ralentisseurs en pavés ne sont pas rares. Certains plateaux et dos d’ânes sont réalisés à l’aide de ces matériaux. Quelques-uns de ces dispositifs permettant de limiter la vitesse à l’entrée des hôpitaux ou à l’intérieur d’une zone industrielle comportant des câbles et réflecteurs.

Les ralentisseurs jaunes et noirs

ralentisseur monobloc

Ils sont très importants pour la sécurité des personnes qui circulent à pied, ou en voiture sur votre parking.

La sécurité des usagers, qu’ils soient piétons, ou véhiculés, est, en effet, primordiale.

Pour veiller à ce qu’aucun véhicule ne circule à une vitesse trop élevée dans votre parking, il est de votre devoir de poser un ralentisseur jaune et noir, à chaque endroit où il est utile.

La pose d’un tel dispositif de ralentissement jaune et noir, ou cassis, est fortement recommandée donc, puisque, même si l’on doit rester maître de son véhicule, en tant que propriétaire d’un parking, vous pouvez parfaitement être tenu pour responsable, en cas d’accident et de blessures.

Vous avez ainsi constaté que rouler trop vite sur un espace avec des places de stationnement peut être particulièrement dangereux, avec le risque de percuter un piéton que l’on n’a pas eu le temps de voir traverser ! Il est aussi très facile, malheureusement, de renverser un enfant qui court et qui traverse juste devant vous.

Pour éviter qu’un conducteur ne blesse involontairement un enfant ou un adulte, vous avez, à présent, toutes les informations nécessaires, pour choisir des dispositifs dédiés au ralentissement, afin d’équiper efficacement votre parking.

Plateaux surélevés et passages piétons

Les ralentisseurs de vitesse sont des dispositifs qui assurent la sécurité de tous, automobilistes, cyclistes et piétons, en particulier dans les agglomérations. Le choix du ralentisseur dépend des zones, du type de voie et du nombre de passage de véhicules. En effet, tout en rendant la circulation plus sécurisée, le ralentisseur doit pouvoir assurer un minimum de fluidité. Ainsi, certains dispositifs, comme le plateau surélevé, ne sont pas conseillés pour les voies publiques qui comptabilisent une fréquentation de plus de 3.000 véhicules au quotidien.

D’autres dispositifs de ralentissement, comme les plateaux coussins sont adaptés à la cohabitation des piétons, des poids lourds et des véhicules légers. En effet, d’un côté, ces plateaux coussins obligent le conducteur à décélérer, et de l’autre côté, ils ne compromettent pas la circulation des cyclistes et des véhicules lourds. Le passage piéton est soit obligatoire soit interdit, en fonction du niveau de sécurité qui correspond au choix des ralentisseurs et à leur emplacement. Par contre, pour un confort de vie en milieu urbain et un maximum de sécurité, ces ralentisseurs doivent toujours permettre un écoulement correct des eaux et être entretenus régulièrement. Des panneaux et des marquages au sol complètent leur signalisation.