La pose d’un coussin berlinois

Coussin berlinois : description, avantages et règlementation

Le coussin berlinois est un dispositif de sécurité qui s’installe sur une chaussée afin de réduire la vitesse des véhicules. Son nom vient du fait qu’il a été installé pour la première fois à Berlin.

Ce dispositif doit sa notoriété aux nombreux avantages qu’il offre.

D’un point de vue fonctionnel, sa largeur et son positionnement sont idéaux ; ils permettent de ne pas nuire à la fluidité du trafic routier. La largeur est suffisante pour constituer un obstacle à franchir pour un véhicule mais trop faible pour encombrer toute la chaussée. Ainsi les usagers de la chaussée en deux roues tels que les cyclistes ou les motos pourront passer à droite ou à gauche de ce ralentisseur. Quant aux transports en commun ou les poids lourds, leur empattement permettra de passer dessus sans le toucher et donc sans devoir ralentir.

D’un point de vue économique, l’installation de ce type de ralentisseur est moins chère que le classique « dos d’âne » ou plateau à base de goudron qui touche à la structure même de la chaussée. Ses coûts de maintenance sont également extrêmement faibles.

Enfin, la mise en place de cet équipement n’est pas irréversible et peut se démonter facilement.

Suivant la typologie de l’endroit, le dispositif viendra en supplément ou accompagnera les aménagements suivants : avancée de trottoirs, îlots de refuges, rétrécissement de la chaussée, etc.

Contrairement aux autres types de ralentisseurs, ils ne sont pas régis par un décret ou une réglementation spécifique. Ils font simplement l’objet de recommandations qui sont contenues dans le guide des coussins et des plateaux. Ce guide est rédigé par le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU) qui est un service de l’ancien Ministère de l’Equipement, des transports et du Logement, désormais Ministère de la transition écologique et solidaire.

Implantation en agglomération d’un coussin berlinois

Les coussins sont principalement implantés dans les zones limitées à 30 km/h ou sur des sections de voies limitées ponctuellement à 30 km/h (exemple : abords de zones qualifiées de dangereuses telles que les écoles, etc.). L’objectif est d’insérer cet équipement de manière à renforcer la sécurité du conducteur et des piétons en décourageant tout slalom du ralentisseur. La configuration d’installation change selon la largeur de la chaussée ou la présence d’un passage piéton.

Si la largeur de la chaussée est inférieure à 7,40 m et constituée de deux voies, le coussin sera installé sur chacune des voies. L’espacement entre les deux dispositifs devra être inférieur à 1 m. L’espacement entre le trottoir et le coussin doit être inférieur ou égal à 1,20 m.

Si la largeur de la chaussée est supérieure à 7,40 m, un îlot central sera placé entre les deux dispositifs de manière à empêcher tout contournement. La largeur de l’îlot central variera entre 1,50 m à plus de 2 m. Le choix de la largeur de l’îlot sera fait en fonction du taux de fréquentation de la voie par les poids lourds ou des transports en commun.

Il faut éviter d’installer cet équipement dans les situations suivantes :

– Sur les voies ayant un trafic supérieur à 6000 voitures par jour en moyenne,

– Sur des chaussées comportant plus d’une voie de circulation motorisée par sens,

– Sur les voies desservant un centre de secours,

– Dans les 200 premiers mètres après le panneau d’entrée de ville,

– Sur les voies où la déclivité est forte,

– Sur un ouvrage d’art.

 Ralentisseur hors agglomération

Il peut s’installer uniquement sur des voies de lotissements, des voies d’aires de services ou de repos (routières ou autoroutières) ou des aires de stationnements.

Ralentisseur dans un virage

Cet équipement ne doit pas s’installer dans les virages de rayon inférieur à 200 m environ. De plus, il ne peut pas être implanté à moins de 40 mètres de la sortie du virage. Il ne pourra pas être installé dans les giratoires ou en sortie directe de celui-ci.

Coussin berlinois : fiche technique et dimensions

Le coussin berlinois est en caoutchouc vulcanisé. Ce procédé chimique permet d’augmenter l’élasticité du caoutchouc et donc de diminuer sa plasticité. Le caoutchouc est alors moins sujet aux déformations dues au passage des véhicules et donc plus solide dans le temps. La surface supérieure est équipée d’un relief antidérapant afin d’améliorer son adhérence.

La largeur au sol doit être comprise entre 1,75 m et 1,90 m. Le type de route et son taux de fréquentation guidera le choix de la largeur.

La largeur du plateau supérieur se situe entre 1,15 m et 1,25 m ce qui fait une largeur des rampants latéraux comprise entre 30 cm et 35 cm. La longueur du dispositif peut varier de 3 m à 4 m.

La largeur de ses rampants avants et arrières est comprise entre 45 cm et 50 cm.

Enfin sa hauteur recommandée est entre 6 cm et 7 cm.

Signalisation et pose d’un coussin berlinois

Poser un coussin berlinois
Pose d’un coussin berlinois

Une signalisation adéquate sera installée afin d’avertir l’usager. Une présignalisassion constituée d’un panneau triangulaire A2b et d’un panneau rond B14 sera placée entre 10 m et 50 m du coussin. Au niveau du ralentisseur, un panneau bleu rectangulaire C27 rappellera la présence de ce dernier.

Trois triangles blancs doivent être représentés sur la partie montante du dispositif.

La base du triangle blanc doit être de 50 cm. Les pointes des triangles doivent être dirigées dans le sens de la circulation.

La pose du coussin est simple et rapide. Le dispositif n’est pas monobloc, mais il est constitué de quatre ou six éléments qui s’assemblent. Chaque élément comporte six trous afin de réaliser son ancrage au sol. Chaque élément est fixé au sol avec des chevilles et des tire-fonds. Des bouchons caoutchouc permettent de cacher les têtes de ces éléments.