Guide du coussin berlinois

Le coussin berlinois

coussin berlinoisLa vitesse est reconnue comme un facteur aggravant des accidents en agglomération. Pour réduire les risques liés à une conduite non adaptée, les municipalités mettent en place des équipements qui obligent à ralentir à l’approche de lieux sensibles. Le coussin berlinois est donc un système pensé pour freiner les automobilistes lorsqu’ils arrivent en zone réglementée. C’est notamment le cas lorsque la vitesse maximale autorisée est de 30 km/h, à l’entrée d’un village ou devant une école. Contrairement au dos d’âne, sa forme rectangulaire est étroite et conçue pour ne pas gêner les cyclistes et les transports en commun. Il a été utilisé pour la première fois sur le territoire allemand, c’est la raison pour laquelle on qualifie cet “oreiller” de “berlinois”, en référence à Berlin. Il est toutefois issu de prototypes néerlandais inventés dans la ville de Delft. Ce dispositif de freinage est aujourd’hui coutumier des routes françaises où il est communément appelé “gendarme couché” ou “dos d’âne” par les habitants. En Belgique, il est courant d’entendre parler de “casse-vitesse”. Équipement de sécurité incontournable, il n’est pas réglementé mais suit des recommandations en matière de caractéristiques géométriques, de matériaux utilisés et de conditions d’implantation.

Coussin berlinois : normes et règlementations

Il s’agit d’un ralentisseur fabriqué en caoutchouc et destiné à obliger les conducteurs à ralentir sur une voie où il est interdit de rouler à vive allure. Sur la voie publique, l’implantation de ce type de ralentisseur ne se fait que sur les axes comportant des restrictions matérialisées par des panneaux du genre : « interdiction de rouler à plus de 30 km/h ». En outre, la présence de ce dispositif doit être signalée de jour comme de nuit par des panneaux routiers et un marquage au sol. Quant à son implantation, elle est très souvent interdite dans les cas suivants : routes connaissant un trafic intense de plus de 3000 véhicules par jour ; routes dévolues à la circulation publique des personnes ou permettant de rallier les hôpitaux et autres lieux de secours, de prise en charge des personnes ; endroits situés à l’entrée d’une agglomération. Les ralentisseurs ne doivent pas non plus être posés sur une voie comportant une pente de plus de 4%, à l’intérieur ou à la sortie des virages, à l’intérieur d’un pont ou d’un tunnel. Quoi qu’il en soit, l’utilisation de ces équipements est incontournable. En effet, ils permettent non seulement de ralentir les véhicules, mais aussi de sécuriser les zones présentant des risques élevés d’accident de la route, en protégeant les passages cloutés pour piétons. La fabrication des ralentisseurs est réglementée par les normes NF98-300 et SRT 45. Le non-respect de ces normes entraîne l’inutilité du coussin.

En savoir plus sur les règlementations du coussin berlinois

Comment poser un coussin berlinois

Le coussin berlinois tire son appellation de la ville de Berlin où il a été utilisé pour la première fois. C’est un dispositif de sécurité qui consiste à ralentir la vitesse des véhicules sans nuire à la fluidité du trafic. En effet, sa largeur permet d’être franchi sans ralentissement par les poids lourds les transports en commun et laisse un passage libre sur la chaussée pour les deux roues. Cet équipement doit également sa popularité à son faible coût d’achat, d’installation et de maintenance. Suivant la typologie de l’endroit, le dispositif peut être combiné avec d’autres aménagements comme une avancée de trottoirs, un îlot de refuges, un rétrécissement de la chaussée, etc. Ce type de ralentisseur s’installe principalement en agglomération. Il répond à des recommandations gouvernementales formulées dans un guide rédigé par le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU). On y retrouve par exemple des recommandations sur sa largeur minimale et maximale ainsi que sa hauteur maximale. Le produit est en caoutchouc vulcanisé et est équipé d’une surface supérieure antidérapante. Livré en quatre ou six blocs, le coussin s’assemble facilement et s’ancre au sol avec des tire-fonds

Pour aller plus loin :  comment poser un coussin berlinois ?

coussin berlinois

Sur quels critères choisir un coussin berlinois ?

Les coussins berlinois sont un type de ralentisseur de vitesse de nouvelle génération, pour pallier aux désagréments occasionnés par les dos d’âne, tout en continuant à réduire les accidents de la route. Leurs dimensions permettent aux piétons et aux motocyclistes de circuler aisément sans être obligés de passer sur eux. Ils peuvent être préfabriqués ou construits sur place. Selon qu’ils soient destinés pour une grande ville avec des routes dangereuses qui voient circuler des milliers de véhicules par jour, ou pour un parking, on distingue les coussins en caoutchouc, en béton et en plastique. Ils sont faciles à installer, moins chers et ne gênent ni les deux roues ni les camions.

Il est vrai que selon le type choisi, l’on pourrait être obligé de les changer régulièrement, contrairement aux dos-d’âne, mais ils abîment moins les voitures. Plusieurs entreprises comme IDequip proposent de fournir à des particuliers ou à des sociétés ce produit novateur. Il suffit, en fonction des besoins, de déterminer le type de coussin adéquat (matériaux utilisés, couleur, etc.) et les conditions d’installation (préfabriqués ou non), et de demander un devis afin d’avoir une idée du prix. Après comparaison, il faudra choisir le fournisseur adapté aux besoins et discuter des modalités de la prestation. Dans tous les cas, les coussins sont les ralentisseurs les plus économiques.

Avantages et inconvénients des coussins berlinois

Les coussins berlinois sont réputés pour les atouts dont ils disposent en termes de sécurité routière. Ainsi, les collectivités qui y ont recours sont en nombre croissant dans l’Hexagone. Grâce à leur hauteur réduite, ils permettent le passage des autobus. Lorsque les exigences en matière de législation sont respectées, les coussins berlinois ne présentent aucun risque pour les deux-roues. Autre avantage de ces ralentisseurs, ils ne sont pas dangereux pour les voitures, sauf si le conducteur dépasse la limite de vitesse autorisée.

En termes d’inconvénients, les coussins berlinois sont souvent critiqués pour les dérangements sonores qu’ils produisent à chaque contact avec des pneus de véhicules. Les individus qui habitent proche des routes où des ralentisseurs sont installés affirment également être gênés par des vibrations engendrées par ces dispositifs. Les coussins berlinois deviennent dangereux pour les motards lorsqu’ils sont mis en place en ignorant les règles et surtout lorsqu’ils sont glissants et difficiles à remarquer la nuit.